Comme promis, voilà par l'image, la réalisation d'un bogolan "maison", avec impression d'encre végétale sur un tissu pré-teinté à l'écorce de chêne.

Tout d'abord, j'utilise des tissus adaptés à mon pochoir, ici, j'ai utilisé un coton classique, tiré d'un vieux drap, que j'ai introduit dans une cuve d'écorce de chêne.

Photo_013

Cette cuve se réalise à l'aide de morceaux d'écorces broyées au sécateur et affinées à l'aide d'un petit moulin à café (la teinture pénètre mieux sous l'état de poudre).
Je mets la poudre dans l'eau préalablement chauffée ou non (il est possible de la laisser macérer plusieurs jours dans le liquide froid avant la décoction).

Photo_014

Je laisse le tout bouillir une grosse heure, voire plus...

Je filtre après un léger refroidissement, avec ma passoire, pour éviter que des morceaux d'écorce se  mélangent au jus et
tachent mon tissu.

Photo_016

J'introduis mes tissus dans la cuve et je les laisse dans le bouillon une bonne heure.

Je fais sécher les tissus à l'extérieur de préférence, en prenant garde de les attacher à la corde à linge.
L'idéal est de tout faire sécher à plat pour éviter les contrastes colorées.

Photo_024

Je viens d'effectuer un engallage de mes tissus, désormais, ils contiennent un mordant tannique bien apprécié des fibres végétales.

Suite à ce premier travail, je vais pouvoir aposer sur le tissu mes encres végétales (racines de rumex, de ronce, noix de galle... chargées de sulfate ou d'acétate de fer, des mordants métalliques).

Mais je m'arrête pour cette fois ci,
la prochaine fois je vous parlerai des pochoirs et du travail d'impression.